Je suis en ce moment le blog de Jo : Zen and Healthy Jo (https://zenandhealthyjo.com), je vous conseille de la suivre si le sujet du blog vous intéresse car c’est un blog très intéressant sur la santé, le bien-être, des recettes, zen attitude et le développement personnel. Attendez !!! On est d’accord, vous finissez de me lire avant de vous précipiter, hein ?

Hier elle a posté un article sur le livre « une famille (presque) zéro déchet » lien. Je ne vous ai pas raconté toute ma vie, mais je suis passionnée de zéro déchet, de méthode Fly et Kon Marie, de développement personnel sous toutes ses formes, de gestion de budget, de la méthode Fitnext pour manger équilibré, de Miracle Morning. Et j’en oublie sans doute ! Bref ! Ce dernier me permet d’ailleurs de caser toutes mes lectures dans mon emploi du temps. C’est promis je vous en parlerai….

Bon ! revenons à nos moutons ! Dans ce livre, comme l’explique très bien Jo, il y a notamment une partie sur les achats en vrac. Et c’est sur ce sujet que je veux rebondir. Mon déclic est venu de deux choses :

  • De la lecture du livre de Béa Johnson « Zéro Déchet » (et ses multiples relectures) puis du livre « une famille (presque) zéro déchet » et de ma conscience écologiste, qui me vient, d’aussi loin que je m’en souvienne, de l’éducation de ma maman.
  • D’une période de fâcherie contre des mites alimentaires qui avaient squatté l’ensemble de mes stocks de céréales. Les voir « flotter » même mortes dans l’eau de mes pâtes avait le don de me rendre folle.

J’ai fait d’une pierre deux coups, j’ai tout mis sous bocal le Parfait. Vous aurez compris, je conserve quasi tout en bocal le Parfait. C’est une de mes madeleines de Proust lorsque ma maman faisait les bocaux stérilisés de légumes du jardin. Mais les autres types de bocaux marchent, je ne touche rien sur les ventes de ces bocaux….

J’ai fait des économies dû au vrac (vérifiez quand même le prix du vrac certains considèrent les écolos comme des bobos), de plus je suis passée au bio, je visualise mes stocks, c’est beau et en plus je peux faire des rotations, je m’explique :

Béa Johnson expliquait dans son livre que nous avons tendance à avoir beaucoup de céréales mais de ne manger que toujours les mêmes. Et pour moi c’était le cas. Pâtes ou Riz, Riz ou Pâtes et les autres céréales finissaient de sécher dans un coin de mon stockage à la merci de mes mites adorées. Béa a fait un choix radical, elle stock un type de céréales, elle finit le bocal et en achète un autre, comme cela les stocks tournent. Moi je fais un peu moins « ascète », je mets le bocal de céréales que j’utilise à l’arrière de mon stock et donc naturellement je suis plus enclin à prendre le bocal de devant.

Et depuis le bocal plus de mites qui flotouillent, elles sont parties déjeuner ailleurs….

Publicités