Mes journées organisées

Nous avons vu depuis le début de nombreux concepts différents, il semblait temps pour moi de vous partager dans une journée type comment je fais dans la pratique pour que mes journées soient organisées !

Nous allons partir sur une journée de travail… Pour les journées de vacances c’est évidemment plus détendu !

Je suis salariée, auto-entrepreneuse, blogueuse et info-preneuse. Je souhaite donc tout faire rentrer dans mon agenda, plus du temps pour moi, pour ma fille et mon mari. Beau programme pour chaque journée !

Je me lève le matin vers 6.30-7.00. Au petit déjeuner je profite de ce moment de calme et de tranquillité (le moment de la journée où je suis seule) pour prendre mon temps, réfléchir à ce que je souhaite faire de ma journée et planifier ma journée.

Je note dans un cahier du jour (oui oui comme à l’école) mes 3 objectifs du jour, 2 choses à faire pour moi (en ce moment 5mn d’espagnol et planifier ce que je vais manger dans ma journée, en ce moment je compte mes calories), et surtout, surtout, je planifie à peu près, heure par heure, ce que j’ai d’obligatoire dans ma journée : mes rendez-vous pro, les activités de ma fille (gym, équitation et escalade) et mes 3 objectifs journaliers.

Cela me permet de ne rien oublier ensuite et de vérifier que tout va rentrer, mais aussi de voir quand je pourrais faire du temps masqué !

Je suis en train de tester le M3 journal je vous en parlerai prochainement !

Je place systématiquement l’objectif le plus dur, le plus compliqué en premier dans ma journée. C’est essentiel pour deux raisons, une fois fait, et bien, si votre journée dérape, vous aurez la sérénité de vous dire que vous avez fait une tâche importante et urgente au moins dans votre journée et dès que vous commencez à travailler, vous êtes plus frais, plus concentré et plus motivé si c’est la première action de la journée.

Ensuite je réveille ma fille et m’assure qu’elle déjeune, se prépare et a toutes ses affaires pour la journée (journée de piscine, sorties scolaires, …), mais nous y reviendrons en fin de journée.

Ensuite c’est parti pour une journée de travail pour tous.

Durant ma journée je m’assure périodiquement que mes différentes tâches avancent et je les « stabilote » sur mon cahier du jour. J’aime voir les tâches qui avancent.

A midi, petite lunch box préparée avec amour par moi 😉 et petit passage au centre commercial pour faire des courses ou parfois pour une simple balade.

En fin de journée au travail, je fais un point des tâches accomplies et de ce qui n’a pas avancé, et j’organise la journée du lendemain.

De manière générale, j’anticipe beaucoup, je regarde régulièrement ce que j’ai à faire la semaine prochaine. Cela me permet de vérifier si je dois lire ou préparer quelque chose et de la planifier à faire dans mon agenda.

J’ai fusionné tous les agendas dans un même agenda, comme cela plus de raison de prendre un rendez-vous perso à un moment où vous avez un rendez-vous pro, ou deux rendez vous perso en même temps ! Si si, que celui à qui cela n’est jamais arrivé me jette la première pierre 😉 .

Le soir, comme je suis adepte du batch-cooking et bien j’ai d’avance de nombreux plats déjà fait que j’accommode avec des légumes déjà préparés.

Je vide tous les sacs, toutes les gourdes d’eau, pour y remettre eau et gouters pour le lendemain.

Les vêtements sont prêts à la semaine, donc je n’ai pas besoin de m’en préoccuper.

Un coup d’oeil sur le planning du lendemain et il me suffit de mettre devant la porte les sacs prévus pour chaque activité.

Après le dîner, il ne me reste plus qu’à pointer ce qui a été fait ou non sur cette journée, regarder un film ou une série en famille ou travailler sur une formation pour mon auto-entreprise.

Cette routine me permet d’atteindre tous mes objectifs et même souvent de les dépasser.

Chacun doit s’organiser une routine bénéfique et qui soutient ses propres projets. Elle doit être à votre image, ni trop draconienne, ni trop souple (je compte sur vous).

N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire et à vous abonner à mon blog.

A bientôt !

Le Mind Mapping un allié pour l’organisation

Cliquez ici pour découvrir la technique de Mind Mapping pour s’organiser, synthétiser et apprendre.

Je vais vous parler du Mind Mapping que j’utilise maintenant depuis plusieurs années.

C’est quoi le Mind Mapping ?

Mind Mapping ou autrement dit l’usage de la carte mentale. Elle permet sur une même feuille de papier d’être organisé, structuré autour d’un projet, et en même temps de laisser libre court à sa créativité puisque toutes les branches de votre mind map n’ont pas besoin d’être toutes exploitées en même temps. Certaines peuvent être des idées pour plus tard.

Je l’utilise dans toutes les sphères de ma vie, personnelle comme professionnelle.

Comment s’y prend on ?

Il existe des supports différents: papier, applications, logiciels prévus pour cela. J’avoue une passion pour le papier, mes Mind Map sont donc dessinés à la main. Dans mon travail lorsqu’il faut quelque chose de plus académique, j’utilise un logiciel prévu pour cela: MindJet, XMind et Visio. Mais pour être très honnête, powerpoint et ses formes feront le même travail avec un peu moins d’ergonomie…

On place au centre l’objet du Mind Mapping. Nous allons prendre un exemple. Je réalise des formations dans des entreprises, souvent en déplacement, je ne dois rien oublier de toute ce qui me sera directement ou indirectement nécessaire lors de cette formation.

C’est aussi valable pour l’organisation de l’anniversaire de choupette et ce qu’il vous sera nécessaire d’apporter lors de vos vacances. Ces mind mapping là peuvent être gardés une vie entière, ressortis à chaque vacances, chaque anniversaire, chaque formation.

Donc revenons à nos moutons, au centre vous placez votre sujet, ici mes formations. Ensuite vous laissez libre court à vos pensées en réfléchissant au sujet, moi ce qui me vient c’est : quel matériel je veux fournir à mes clients, comment je vais leur valider leur formation, comment je vais me connecter à la salle, quel matériel me faut il pour leur faire faire des exercices et quelles douceurs, autrement dit quelle nourriture saine je vais leur proposer pour rester efficace toute la journée… Et pour chacun de ses items, j’y note la liste associée. Voila à quoi cela ressemble:

exemple de Mind Map

Ce Mind Map est de rang 2, c’est à dire que sous le sujet il y a deux niveaux mais il est possible de descendre en rang 3. Je ne vous conseille pas de descendre en dessous, cela devient vite brouillon.

Vous voyez c’est assez simple en faire. Avec une Mind Map on oublie moins de choses. Parfois je les fais sur un bout de papier trouvé dans mon sac ou je les dessine sur ma tablette vite fait quand les idées me viennent. Elles n’ont pas besoin d’être belles, même si les créatifs qui me lisent vont se régaler.

Lorsque les idées ne vous viennent pas facilement il est possible de commencer les rang 1 par: Qui ? Quoi ? Quand ? Comment ? Où ? ou par les éléments du diagramme d’Ishikawa: Matière, Main d’Oeuvre, Milieu, Méthode, Matériel…

Plus vous pratiquerez et plus vous serez à l’aise avec la méthode.

Autre avantage de la méthode ?

La synthétisation et l’apprentissage

Pour ceux d’entre vous qui vous formez, aimez le développement personnel ou ceux qui ont des enfants au collège-lycée, le Mind Map est une formidable technique d’organisation, on l’a vu, mais aussi de synthèse et d’apprentissage. En effet le fait de synthétiser les apprentissages sur la carte permet d’ancrer les savoirs profondément dans le cerveau. Le fait de dessiner ces apprentissage sur une carte et de visualiser la carte permet de renforcer les connexions du cerveau pour une meilleure restitution des savoirs.

Le brainstorming

Autour de mon sujet, je peux avoir de nombreuses idées y compris un peu folles, ou hors de ma zone de confort… Je trace alors une marque de rang 1 avec cette idée. Il n’y a rien derrière pour le moment mais je la garde précieusement. Souvent quelques mois plus tard ou parfois année, je suis mature pour travailler ce sujet et je n’ai pas oublié cette idée en la notant.

Conclusion

Formidable outil d’organisation, de synthétisation et d’apprentissage, essayez le très vite!

Qu’en pensez vous ? Ecrivez moi en commentaire votre prochain sujet de Mind Map !

Nouvelle année: bénéfices ou freins à réussir

Sur votre carnet vous avez vos objectifs et parmi ceux là, celui que vous allez mettre en oeuvre dès aujourd’hui.

Pour lui:

  • Vos pourquoi
  • Vous l’avez rendu SMART et vous avez cherché à le rendre Ecologique et Maitrisable en majorité par vous.

Aujourd’hui nous allons voir une partie essentielle qui est: où en êtes vous des bénéfices et des freins à réussir.

Les bénéfices à réussir

Quels bénéfices allez vous tirer de l’atteinte de vos objectifs? Vous constaterez que j’ai mis le terme au pluriel: LES bénéfices.
Plus vous en avez plus votre cerveau sera attaché à la réussite de votre objectif.

Vous souhaitez démarrer votre auto-entreprise, quels sont les bénéfices:

  • Etre libre
  • Travailler quand vous le souhaitez
  • Passer plus de temps avec vos enfants ou votre famille
  • Construire son propre travail et en être fier
  • Maitriser ses choix

Vous souhaitez maigrir:

  • Se sentir plus légère
  • Porter ce que vous voulez
  • Etre plus en santé
  • Etre moins fatigué
  • Ne plus entendre de la part de votre famille que vous avez encore pris du poids

Prenez le temps de chercher tous les bénéfices, ils doivent peser très fort dans la balance, très très fort!

Notez les tous dans votre carnet.

Les freins à réussir:

Quels sont les freins à réussir?

Là aussi cherchez les tous, le but est de les anticiper pour les réduire au maximum:

  • Je n’ai pas beaucoup de temps
  • Mon mari est pâtissier 😉
  • Je suis plus en sécurité dans mon job de salarié
  • Ma grand mère pense que je suis déjà squelettique
  • Et si je n’y arrivais pas, que se passerait il financièrement?
  • Et si je n’y arrivais pas, que dirait mes parents, mes amis?

Qui est un frein?

Comment cela qui?

Et oui, vous allez côtoyer des personnes, qui parce qu’elles n’ont pas réussi à faire vos choix ou pas vous le faire, vont chercher, consciemment ou non, à vous empêcher de réussir. Ne portez pas leurs angoisses, ce sont les leurs!

  • Parents salariés effrayés de vous voir prendre un chemin « incertains »
  • Mari qui vous trouve « bien comme vous êtes »
  • Famille qui ne veut pas vous voir « changer », « vous éloigner »
  • Collègues de boulot qui trouvent que « vous avez changé »

Vous devrez anticiper tout cela pour rester fort et vous accrocher comme des lions à vos pourquoi! C’est pour cette raison que nous avons travaillé si fort sur les pourquoi l’autre jour!

Je vous ajoute un petit truc du coach 😉

Les bénéfices à ne pas réussir

Ah celui là vous ne l’avez pas vu venir, n’est-ce-pas?

Quels bénéfices avez vous à ne pas réussir? Et oui, on l’oublie souvent celui là et il est important. Vous essayez depuis de nombreuses années à réussir votre objectif et cela ne fonctionne jamais? Vous ressentez beaucoup de culpabilité, certain que vous être « incapable » de réussir vos objectifs? Et bien passez du temps sur ce point!

Je vais vous confier quelque chose, depuis des années je souhaitais maigrir un peu, sans y arriver. J’ai fini par comprendre que rester un peu plus enveloppée me permettait de tenir à distance les hommes dans les rues. Il ne m’est jamais rien arrivé de grave, mais c’est une crainte que je porte. Une fois que j’avais compris cela qu’en faire? Apprendre à me protéger! Je me suis donc mise au Krav Maga depuis la rentrée et depuis, mon poids décolle gentiment. On méconnait la puissance du cerveau humain. Prenez le temps d’y réfléchir. Ces bénéfices arrivent souvent avec la méthode des 5 pourquoi si vous répondez spontanément et sans calcul à la 5 ème question « Pourquoi ». Laissez bien la porte ouverte à ces réponses précieuses, sans contrôle… Reprenez le module des « 5 pourquoi » si vous sentez que vous n’avez pas été au bout l’autre jour.

Notez tout dans votre carnets: bénéfices à réussir, freins, bénéfices à ne pas réussir, et réfléchissez déjà comment vous ferez lorsque vous y serez confrontés.

Nouvelle année: caractériser ses objectifs

Nous voilà arrivé au troisième jour de notre série d’articles sur les objectifs.

Si vous avez bien suivi les deux premiers jours, vous avez sur votre carnet vos objectifs ainsi que vos pourquoi.

Si vous arrivez, je vous encourage à aller voir les deux premiers jours avant de continuer. Cette méthode se fait par étape

Choisir un objectif

Dans votre liste, choisissez 1 objectif, celui qui compte le plus pour vous aujourd’hui. Vous devez vous sentir prêt à le relever et ressentir une pleine motivation (petite excitation interne à commencer 😉 ). Si ce n’est pas le cas, laissez le de coté. Il est déjà difficile de réaliser un objectif lorsque l’on est pleinement motivé au départ, donc si ce n’est pas le cas, vous y reviendrez plus tard.

Ça y est, vous l’avez cet objectif ? Il est important pour vous? Vous ressentez un certain élan, une certaine excitation rien qu’à y penser? Bien, c’est le bon!

Le cerveau ne sait pas courir plusieurs lièvres à la fois, donc on s’occupe de celui là et les autres c’est pour plus tard. Je vous disais dans un précédent article que je n’attends plus le premier de l’an pour suivre mes objectifs, et bien on y est! Lorsque je suis très avancée dans l’objectif que je suis ou qu’il est suffisamment intégré comme une routine (avance tout seul), je me permet d’ajouter l’objectif suivant. Mais pas avant!

Un objectif positif

Le cerveau ne comprend pas bien les objectifs négatifs. Un exemple: je veux perdre 10kg. Dans le mot « perdre » il entend « perdre quelque chose » et entre donc en résistance. Qui voudrait perdre quelque chose? Personne! Donc revoyez votre objectif positivement. Dans notre exemple, cela deviendrait: Je veux m’alléger de 10kg.

Le petit truc du coach 🙂 : il existe deux modes de fonctionnement de la pensée: ceux qui « vont vers » et ceux qui « s’éloignent de ». Ceux qui « vont vers » formuleront plus facilement un objectif positif, ceux qui « s’éloignent de » vont formuler plus facilement des objectifs négatifs: je ne veux plus cela, je veux perdre cette mauvaise habitude… Ce sera plus difficile de formuler un objectif positif. Aucune des deux façons de penser n’est mauvaise. Vous mettrez plus de temps à formuler votre objectif. Prenez le temps nécessaire.

Si vous vous sentez coincé sur : perdre cette mauvaise habitude, posez vous cette question: je veux perdre cette mauvaise habitude, mais par quoi je veux la remplacer. C’est peut être l’objectif de remplacement qu’il faut suivre de manière positive plutôt que de courir derrière l’arrêt de la mauvaise!

Un objectif SMART

Ce point commence a être très connu car de nombreuses personnes l’on déjà abordé, mais lisez jusqu’au bout car j’y donne un nouvel éclairage:

S= Spécifique:

l’objectif doit être très clair, ne pas laisser place à l’interprétation. « Je veux avoir plus confiance en moi » n’est pas spécifique. « Je veux avoir plus confiance en moi en intervenant en réunion de CODIR devant mon boss » l’est déjà plus. Forcez vous à le détailler très spécifiquement, c’est à dire que si vous l’énoncez à quelqu’un, il ne pourra pas l’interpréter différemment.

M=Mesurable:

Quand sera-t-il atteint? « Je veux perdre 10kg »: lorsque j’aurai perdu 10kg. Reprenons « Je veux avoir plus confiance en moi, en intervenant systématiquement 1 fois, de manière qualitative, en CODIR devant mon boss ». Avec cet objectif spécifique et mesurable, vous saurez exactement dire: oui à ce CODIR là mon objectif est atteint, ou non, à ce CODIR là, je n’ai pas atteint mon objectif.

A=Atteignable:

L’objectif doit être ambitieux mais atteignable. Un exemple:  » je veux perdre 10kg avant la soirée des anciens élèves de fin du mois », n’est pas atteignable! Non non… Et pas réaliste non plus… Vous devez vous challenger avec un objectif légèrement au dessus de vos capacités. Cela met du piment à l’atteindre. Mais, si dès le début vous savez que vous ne l’atteindrez jamais, vous allez abandonner sous 3 jours, c’est sur!

R=Réaliste:

Avez vous la capacité, les connaissances pour réussir? Si non, comment pouvez vous acquérir les connaissances et capacités nécessaires pour réussir avant de vous lancer? Ne vous sous estimez pas. Il y a un homme, sans bras et sans jambe, Philippe Croizon, qui a fait le Dakar et traversé la manche à la nage, et un autre Kyle Maynard qui a escaladé le Kilimandjaro en 10 jours. Donc, je ne veux pas vous entendre me dire que vos rêves sont inaccessibles!

T= Temporellement défini:

Quel est le délai que vous vous fixez pour le réussir. Si vous prévoyez de l’atteindre en deux ans, il sera atteint en deux ans, si vous vous accordez 10 mois, il le sera en 10 mois. Le cerveau prendra tout le temps disponible fixé pour réussir, challengez-le! Donc, là aussi soyez ambitieux mais réaliste. Cela nécessite de placer le curseur exactement là où il doit être. La encore, pas d’urgence, prenez votre temps pour le fixer correctement. Nous ne sommes pas pressés, nous allons courir un marathon, pas un sprint!

Le petit truc du coach 🙂 : Pour moi, ces 5 points ne sont pas suffisants pour assurer un objectif le plus robuste possible, donc je vous ajoute quelques concepts supplémentaires.

Ecologique

Est ce que votre objectif va s’intégrer dans votre vie d’aujourd’hui? Faudra-t-il lui faire de la place? Si vous prévoyez de « faire 3 fois du sport 1h par semaine », quand le ferez vous, en avez vous le temps? Faut-il revoir votre objectif en fonction? « Faire 6 fois 30mn de sport par semaine » ou revoir la quantité « faire 2 fois du sport 45mn par semaine ». Si l’objectif ne peux pas s’intégrer en l’état dans votre agenda, il sera très difficile de continuer sur la durée. Vous le mettrez en priorité les 2-3 premières semaines, puis plus du tout….

Sous VOTRE contrôle

Qu’est ce qui est sous votre contrôle de l’objectif? Si l’objectif est : « je veux que mon chef reconnaisse mon travail ». Qui est responsable de cet objectif? Votre chef! Comment allez vous agir sachant que ce que votre chef pense est de sa responsabilité? L’objectif pourrait être: « je souhaite rendre à mon chef des dossiers complets, pertinents et fouillés ». Cet objectif est totalement sous votre contrôle, il aboutira peut être à ce que votre chef reconnaisse votre travail… ou pas… Vous n’avez aucune maîtrise sur les autres, mais vous avez la pleine maîtrise sur vous!

Je vous laisse travailler jusqu’à demain votre objectif pour le rendre positif, SMART, écologique et maîtrisable…. Demain nous verrons les enjeux, les bénéfices et les freins à réussir votre objectif.

Belle journée à vous!

Nouvelle année: les 5 pourquoi

Continuons notre chemin pour définir des objectifs robustes que nous allons atteindre!

Aujourd’hui, je vous confie la méthode des 5 pourquoi.

Pourquoi? 😁

Ce mot est devenu très galvaudé… les enfants nous le demandent à longueur de journée, pourquoi? pourquoi? A tel point que nous n’y répondons plus…

Nous l’utilisons sans vraie intention dans nos échanges avec les autres…

Pourquoi? Ce mot devient intéressant si nous le décomposons: POUR…QUOI… Sous entendu, pour quelle raison!

Dites le à haute voix: POUR… QUOI…. je veux atteindre cet objectif ?.. Vous entendez la nuance?

La méthode des 5 pourquoi

Elle consiste à se poser 5 fois, de manière successive, cette question à propos de votre objectif.

C’est une technique très connue dans la résolution de problème en qualité.

Elle a l’air très simple. Elle est en réalité très puissante et permet de trouver les raisons profondes, parfois cachées. Souvent, on a des surprises dans les réponses données.

On y va? Je partage avec vous ce qu’était mes pourquoi, lorsque j’ai commencé ma formation de coach il y a quelques années.

Objectif: Je voudrais devenir coach professionnel

  1. Pourquoi? Parce que je souhaite aider les gens.
  2. Pourquoi? Parce que je pense que les aider va me remplir de joie.
  3. Pourquoi? Parce que j’aime quand les gens se sentent mieux.
  4. Pourquoi? Parce qu’ils sont plus libres pour faire de bons choix.
  5. Pourquoi? Parce que je vais me sentir libre moi aussi.

Il sera, sans doute, difficile de répondre pour la 4 ème et 5 ème fois, parce que l’on cherche au plus profond de soi. Cela peut rendre les réponses inconfortables ou difficile à exprimer. Allez au bout de la démarche, même si cela vous semble un peu décousu.

Qu’apprend on?

Que je souhaite aider: c’est ma réponse première, c’est donc celle dont mon cerveau avait le plus conscience.

Que j’aime que les personnes se sentent mieux et que les aider me remplit de joie.

Mais surtout que cela va me rendre libre. Ce point m’était à cet époque complètement inconnu. Depuis j’ai compris que la notion de liberté était pour moi un besoin essentiel et celui qui guide toute ma vie de coach et de blogueuse depuis… Mais il y a deux ans, je le découvrais.

Deux points sont importants:

Etre détendu et répondre aux 5 questions l’une après l’autre sans s’arrêter, sinon on perd la magie de l’instant et la connexion avec soi.

Analyser chaque réponse avec beaucoup de bienveillance vis à vis de soi même. Si vous ne comprenez pas encore une de vos réponses, notez là, elle s’expliquera sans doute un jour.

Qu’en fait on?

Pour qu’un objectif soit le plus robuste, le plus porteur de motivation sur la durée, il est essentiel de connaitre tous ses pourquoi et de savoir, pendant que l’on chemine, se les remémorer.
C’est ces pourquoi qui assureront que vous ne lâcherez pas en cours de route.

Prenez un carnet et notez les afin de pouvoir les relire régulièrement!

Demain nous verrons comment spécifier des objectifs le plus précisément possible. Vous n’atteindrez vos objectifs que si vous savez avec précision où vous allez!

Nouvelle année: Se fixer des objectifs

Aujourd’hui, je vous invite à une série d’article sur vos bonnes résolutions.

Cela fait quelques années que je n’attends plus le premier de l’an pour me fixer de bonnes résolutions. En effet, je m’en fixe chaque mois.

Mais, il faut avouer que cette période de renouvellement, qu’est la nouvelle année, reste encore la période idéale pour tout changer!

Cette série comporte 5 articles chaque jour jusqu’au 31, pour que vous ne lâchiez plus jamais vos objectifs au 10 janvier! Peut-être quelques bonus annexes en fonction de mon envie, donc suivez bien en vous abonnant!

Qui ne s’est jamais lancé le soir du réveillon en disant: « l’année prochaine je perds 10kg et je fais la belle/le beau sur la plage ». Effectivement, vous avez commencé un régime, puis vous l’avez arrêté le 10 janvier en vous disant « c’est tous les ans pareil, je suis incapable* de réussir mes objectifs! » (*culpabilité).

Pourquoi cela ne fonctionne pas?

Avez vous une petite idée?

  • Un objectif pas assez réfléchi

Vous devez rendre précis votre objectif, et pour cela il est nécessaire que vous y réfléchissiez longtemps. Est il réaliste? Est il écologique? Nous verrons cela ensemble dans les prochains articles… Un peu de patience!

Mais, le 31 décembre, était ce bien le meilleur moment pour y réfléchir, après quelques flutes de champagne?

En effet, un objectif ne se prend pas à la légère! Il doit être le résultat d’une grande réflexion, que nous allons mener ensemble à travers ces 5 articles. Je vais vous proposer cette série jusqu’au 30 décembre.

Ensuite, le 31 vous n’aurez plus qu’à vous faire beau ou belle, profiter de votre soirée et à minuit vous serez prêt à clamer devant tout le monde vos intentions pour l’année suivante.

  • Un objectif trop costaud!

Votre objectif semble inatteignable. Revenons à notre exemple de perte de poids. 10kg est pour moi le méta objectif, l’objectif suprême, l’objectif final. Il est très ambitieux, peut être trop à ce stade… Que va il se passer si dans le cadre d’une perte assez classique vous perdez 500g par semaine? Il y aura même peut être un phénomène de plateau sans perte de poids durant quelques semaines. 500g pour 10kg à perdre, cela veut dire que vous avez devant vous au moins 20 semaines de régime. 20 semaines représentent presque une moitié d’année. Y aviez vous pensé en formulant votre objectif?

Pour atteindre votre objectif de perdre 10kg, comment pourriez vous découper votre objectifs en sous objectifs plus atteignables? Vous faites 72kg, est ce qu’un sous objectif pourrait être de déjà passer sous la barre des 70kg et de stabiliser pour ne pas remonter?

Un sous objectif est une étape sur la route de votre objectif. Vous pourrez le fêter une fois atteint et il vous reboostera pour continuer sur le chemin de la réussite.

D’ailleurs à ce sujet, un coach en développement personnel, que je suis régulièrement, dit qu’ « un éléphant se mange petit bout par petit bout, un morceau à la fois ». Fractionnez vos objectifs en sous objectifs.

Demain, nous verrons la méthode des pourquoi… Car cette méthode est essentielle pour que vous sachiez « pourquoi » vous voulez atteindre cet objectif. Cela peut paraître trivial mais cette étape est essentielle et trop souvent passée rapidement.

D’ailleurs, cette méthode vous servira aussi lorsque la motivation s’évanouira un peu… si si, parce que la motivation est très volatile si vous ne l’entretenez pas!

A demain!

Les MUDA

Vous connaissez les MUDA? Peut être pas! C’est un terme japonais qui veut dire « inutile ». Ils sont très souvent recherchés dans des projets LEAN, c’est à dire les projets que l’on regarde à la loupe pour augmenter leur efficacité, on retire tous les MUDA, enfin dans la mesure du possible…
J’y ai été formée il y a quelques mois dans ma profession. Mais je dois dire que cela m’aide beaucoup dans mon quotidien.

J’adore la philosophie Japonaise, dans le cadre de l’organisation, ils ont encore beaucoup à nous apprendre, Marie Kondo en rangement de la maison et Toyota à l’époque avec ses MUDA!

Le MUDA c’est un peu comme une peau de serpent dont on se sépare car elle ne sert à rien!

Le MUDA, c’est une tâche qui n’a pas de valeur ajoutée pour le client du projet. Traduisez en organisation personnelle: « qui n’a pas de valeur ajoutée dans mon projet de vie ».

8 MUDA

La surproduction:

La surproduction, c’est de produire plus que prévu. Par exemple, faire plus de soupe que l’on peut en manger en 4 jours et qui finit à la poubelle. C’est aussi acheter des aliments que personne ne mangera car il n’y avait pas « de demande ». Faire des tâches en double à destination de personnes différentes.

Pour empêcher cela, on planifie à l’avance tout ce qui est planifiable, notamment les repas.

Les stocks inutiles:

Faut il que je donne des exemples? Nos selliers débordent? Nos dressing débordent, parfois de vêtements ou de chaussures que nous ne mettrons peut être jamais? Nos greniers et nos garages débordent? Nos actes dans ce domaine sont souvent dictés par la peur de manquer. On amasse, on entasse, et souvent on oublie que l’on a déjà ce que l’on achète, parfois en plusieurs versions.

Pour empêcher cela, on vide, on range, on classe, chaque chose a une place et on les retrouve plus vite.
On tente de raisonner cette peur de manquer. Nous sommes dans un pays civilisé où on trouve presque tout ce que l’on veut comme on veut, et si c’est fermé, on trouve ce que l’on veut sur internet, on peut même se faire livrer rapidement. Donc, on se détend, et on arrête d’amasser tout ce qui nous fait plaisir et notre porte feuille nous dira merci!

Cela concerne aussi tout ce que nous stockons: facture à payer, notes de frais à se faire rembourser.

On paie donc ses factures à temps et on évite les redressements coûteux, on donne ses notes au services DRH car l’argent est mieux sur votre compte que sur le compte de « joyeuxboulot.com ».

Les déplacements inutiles:

Ma maman disait toujours: « ne pars pas à la cuisine les mains vides! » Elle avait raison, pas de voyages à vide, ils sont inutiles. Je ne quitte jamais une pièce sans quelquechose à rapporter dans une autre pièce.

Faites la cuisine là où vous avez tous les ingrédients, près de la poubelle. C’est un exemple, mais je m’interdis de poser des éléments sur le plan de travail avant de les reprendre pour leur destination finale: ex je casse des oeufs, je ne pose pas la coquille sur le plan de travail pour ensuite les mettre à la poubelle, le plan de travail serait sale. Ils vont directement à la poubelle. J’épluche le concombre directement au dessus de la poubelle.

J’interdis (c’est mon coté FlyLady) à quiconque de mettre la vaisselle sale dans l’évier avant de la mettre dans le lave-vaisselle. C’est une bataille de chaque instant avec mon mari et ma fille!

La surqualité:

C’est lorsque l’on sort sa carte de « Mme Parfaite », si si vous voyez bien ce que je veux dire. Est il besoin que tout soit parfait? Faut il passer 5h chaque semaine à briquer sa maison pour s’autoriser à recevoir, est ce que 3h n’aurait pas suffit? Est il nécessaire d’être habillée, maquillée et coiffée tous les jours comme si on se rendait à un mariage? Est il nécessaire de passer des heures sur les devoirs du petit dernier pour qu’il ait 19,5/20 de moyenne pour frimer auprès des copines? Je ne sais pas ce qui est bien ou non pour vous, je vous demande juste de vous poser la question à chaque fois. Si la réponse est non, s’il est préférable de jouer un peu avec les enfants, de se détendre dans le canapé, de prendre du temps pour soi, alors on réduit, on débraye, on arrête de se mettre la pression…

Les mouvements inutiles:

Votre cuisine est elle bien organisée pour que le passage entre les différentes tâches soit le plus fluide possible, et votre bureau est il ergonomiquement conçu? Et le passage machine à laver/ lessive/sèche linge/ tancarville/dressing est il le mieux pensé pour vous faire faire le minimum de pas?

Repensez vos espaces, rangez les, étudiez vos déplacements pour vérifier s’il n’est pas possible de supprimer des déplacement inutiles?

Vous vous déplacez en voiture pour faire plusieurs courses, réfléchissez avant de le faire quel est le chemin le plus fluide, direct pour faire un passage par tous les magasins prévus. Les logisticiens vous dirons de vous arranger pour toujours tourner à droite à toutes les intersections.

Vous faites votre ménage et vous n’avez jamais le bon produit, vous retournez chercher le bon au placard de l’entrée. Personnellement, pour m’éviter des aller-retours, je transporte mes produits dans le seau qui me sert pour laver le sol. J’ai tout dedans, produits, éponge, serviettes,…. plus besoin de repasser au placard.

Les erreurs, les défauts:

L’essentiel pour moi, c’est de faire bien de suite. De ne pas y revenir. C’est une obsession chez moi car je n’ai pas le temps de refaire. Je mets donc beaucoup d’intention dans tout ce que je fais. Pas pour que ce soit parfait 🙂 mais pour que ce soit bien fait! 🙂

C’est aussi tout ce que l’on casse et qui génère du temps pour le remplacer. Si vous embouteillez votre voiture, il faudra prendre rendez vous avec l’assureur, le garagiste et cela vous coûtera de l’argent, alors que si vous n’embouteillez pas votre véhicule pour allez gagner du temps et de l’argent.

Les temps d’attente:

C’est tout ce qui vous fait attendre, entre deux tâches, lorsque vous attendez les enfants à leur cours car c’est trop court pour rentrer, le temps d’attente chez le médecin… Bref j’ai fait un article sur le sujet, pour les façons de les utiliser intelligemment puisqu’on ne peut pas toujours les éviter, c’est par ici.

La sous utilisation des compétences:

Petit mari et fille-chérie sont capables de vous aider si vous leur expliquez en quoi et comment le faire. Ne restez pas rigide sur le comment? Du moment que c’est bien fait, cela n’a pas besoin d’être fait exactement comme vous l’auriez fait. Des exemples: mettre la table, faire une lessive, mettre ses affaires dans le bac de linge sale…. Ne les sous-estimez pas ils sont capables de beaucoup s’ils sont bien « managés ». Ils apprennent vite et s’ils prouvent leur compétence il peuvent même avoir des tâches plus compliquées et une nouvelle formation :). Je plaisante à peine!

Et vous? Cherchez toujours à augmenter vos connaissances, vos compétences pour faire mieux, plus vite et plus. Lisez, faites des formations. Nous sommes en plein apprentissage tout au long de votre vie.

Alors qui a dit que les MUDA c’est que pour les professionnels de l’efficacité?

Je suis sure que vous avez plein d’exemples à vous pour mettre en pratique la chasse aux MUDA, au travail!

Trello l’application pour ne plus jamais rien oublier

Je dois absolument remercier Simon Cavé l’auteur du blog Everlaab! Tout d’abord pour la grande qualité de ses articles (ça c’est entre nous!). Pour savoir écrire des articles qui me font progresser en organisation (ce que j’ai de plus en plus de mal à trouver, puisque j’ai un peu près tout lu du sujet et tout testé). Pour avoir inventé la formation: Master en efficacité et en productivité, que je dévore depuis quelques jours. Voila c’est fait! Il fait parti de ces blogueurs qui donnent un contenu de fou et sans que vous ne soyez encore passés par la case « paiement ». Cela devient très rare! (Et une fois que vous êtes passé par la case paiement, et bien c’est un contenu de fou aussi! 🙂 ).

Dans sa newsletter à laquelle je suis abonnée, il dévoile un trésor: Trello.

J’avoue que je ne connaissais pas cette application permettant de noter l’ensemble de ses actions à faire. J’en étais encore à mes carnets (J’ADORE les carnets à inscriptions ils disent mon humeur et mes envies, mais ils pèsent lourds dans mon sac) et à ma to do list informatique, statique et peu malléable.

Que l’on soit adepte de la méthode GTD, de la méthode ZTD, un cador en organisation ou tout simplement débutant dans ce domaine, et en recherche de s’améliorer, Trello est fait pour vous. Cette application est d’une facilité déconcertante!

Vous pouvez créer un tableau général avec vos projets ou un tableau par projet en cours:

Une fois à l’intérieur d’un projet vous pouvez l’organiser comme vous le souhaitez en sous projet et carte (c’est le nom pour une action).

Vous pouvez définir des date limites de réalisation, vous pouvez les prioriser, pour ma part j’utilise: rouge important/urgent; orange important/non urgent; vert non important/urgent à déléguer; de la matrice d’Eisenhower.

Chaque action peut être déplacée, exemple: lundi je dois retravailler la convention de coaching, elle est en orange donc importante/non urgente, je n’ai pas le temps de la faire aujourd’hui? Et bien, je la glisse dans le bloc « mardi » et je change la date limite à mardi 29.

Je peux ainsi décider quelles sont mes 3 actions obligatoires de la journée puis archiver les actions faites.

En quelques jours, c’est devenu mon outil de pilotage de mes différentes activités. Exit la procrastination (oui oui cela existe aussi chez les spécialistes de l’organisation de temps en temps). Je peux ainsi rester focus sur mes journées.

Quelques possibilités que je n’utilise pas? La possibilité de partager avec une équipe et donc de suivre un projet y compris avec les actions que l’on délègue. Ajouter des pièces jointes (limitées à 10Mo en version gratuite) pour les retrouver facilement lorsqu’il faudra travailler dessus ou le déléguer à quelqu’un avec tous les éléments s’y rapportant, je le ferai de temps en temps pour avoir tout sous la main.

Il existe une version business si l’on souhaite aller plus loin mais déjà avec mes 4 activités, je m’en sors très bien avec la version gratuite!

Laissez vous aller et notez y tout ce qui vous préoccupe. Videz votre tête dans cette application pour retrouver une belle sérénité. Trello est tellement facile d’usage et modulable que si au bout de quelques semaines vous souhaitez changer l’organisation de vos tableaux, ce sera facile comme bonjour!

L’effet cumulé

Mon article s’appuie en grande partie sur le livre de Darren Hardy.

L’effet cumulé de Darren Hardy

C’est quoi l’effet cumulé. L’effet cumulé c’est de répéter une petite tâche régulièrement et avec percévérance dans le temps pour qu’elle devienne une grande action de votre vie. Un exemple que j’aime à utiliser? Lire 10 pages d’un livre tous les jours c’est lire 15 à 20 livres par an. Vous voyez comme ce petit pas répété régulièrement donne des résultats?

BON CHOIX + CONSTANCE + TEMPS = RESULTATS

Je l’utilise pour certaines choses:

  • Lorsque la tâche est non urgente mais importante: cela me permet de finir par la réaliser « l’air de rien », 10mn par 10mn dans mes journées.
  • Lorsque la tâche ne m’emballe pas vraiment. La fractionner me permet de la faire plus facilement.
  • Lorsque je veux intégrer une tâche en routine. Car la faire tous les jours permet de l’intégrer comme une nouvelle routine au bout de quelques semaines. Attention 21 jours est un objet de marketing, il faut souvent plus de 21 jours et parfois près d’une année de routine pour en faire une tâche intégrée.
  • Dans des logiques de perte de poids avec mes coachés: chaque semaine on retire un aliment que le coaché se sent capable de retirer et on arrive très vite à une perte de poids quasi sans difficulté 🙂 ou inversement on ajoute 10mn de sport, puis 15 puis 20… Vous aurez compris le principe!

Quels sont les piliers de l’effet cumulé selon Darren Hardy:

Le choix: nous avons déjà vu cette partie, vous pouvez faire un point sur les sujets qui sont importants pour vous, leur mettre une note de 1/10 à 10/10 et décider de comment vous pourriez passer de 4/10 à 5/10, quelle est la prochaine action pour passer à 5. Cela constituera vos choix de vie et les actions associées. Attention à ne pas courir trop de lièvres à la fois, le cerveau n’est pas outillé pour être focus sur plusieurs objectifs!

Les habitudes: se fixer de bonnes habitudes et se détacher des mauvaises. Comme nous l’avons vu, comme il est long d’adopter une nouvelle habitude, il est aussi long de se débarrasser des mauvaises. Donc ne fléchissez pas, accrochez vous, ne lâchez rien! Vous allez tomber, reculer, mais un jour, ça y est, bye bye la mauvaise habitude! Définissez POURQUOI vous faites ce que vous faites et rappelez vous souvent votre pourquoi!

L’élan: Je ne vais pas vous le cacher, cela ne sera pas facile… Au début! C’est comme vouloir pousser une voiture à l’arrêt, d’abord on pousse et rien ne bouge, puis ça bouge un peu et lorsque l’élan est là, la voiture avance presque toute seule (presque…). On impulse un élan et ensuite les routines prennent le relai, qui accélèrent l’élan… Ca y est votre voiture est en route! Vous pouvez noter vos routines sur une feuille avec les jours de la semaine et cocher chaque fois que la routine est faite.

Les influences: média, famille, collègues, vous êtes influencés par votre environnement. Il faudra donc bien choisir vos influences négatives: « mais non tu n’es pas gros », « mais non tu ne peux pas quitter ton job de salarié pour être entrepreneur »… Les personnes cristalliseront leurs peurs sur vous. Il faudra vous en éloigner si nécessaire, temporairement ou définitivement. Mais la bonne affaire, c’est que cela fonctionne aussi dans l’autre sens, toute influence positive va vous donner de l’élan et renforcer votre pourquoi. Choisissez de bons partenaires de vie, d’objectifs, choisissez de bons mentors (des experts du domaine, des personnes qui ont réussi).

L’accélération: un de mes coachs mentor appellerait cela le 110%. Quels sont les domaines où vous pourriez atteindre 110% ou 11/10? En effet, qui a dit que l’on devait s’arrêter à 10/10, un peu de challenge voyons!

Alors que sera votre prochaine action en effet cumulé? N’hésitez pas à les noter en commentaire!

Vous voulez aller plus loin dans le Pouvoir des Habitudes? Suivez cette formation!

Le temps masqué

Non non non, rien à voir avec Halloween, ou pire un quelconque lien avec des nuances de grey… Non non je vous parle toujours d’organisation… Ok ok je vois déjà quelques moues 😉

Revenons à nos moutons: le temps masqué.

Qu’est ce que j’entends par temps masqué? Pour moi c’est le temps passé captif (non non toujours pas de nuances de grey…). C’est toujours pas clair? Quelques exemples!

Vous accompagnez chérinette à l’escalade pour son cours d’une heure et vous n’avez pas le temps de retourner chez vous.  Vous n’avez pas le temps de rentrer sur le temps de midi durant la coupure de votre job, vous avez du transport pour vous rendre à votre travail, vous faites beaucoup de déplacement…. C’est pour moi du temps captif car vous le faite mais ce temps ne vous apporte rien aujourd’hui (cela va changer quand vous aurez lu mon article).

Que faire? D’abord lister tous ces temps sur une semaine, quelques exemples personnels:

  • les activités sportives de ma fille
  • le temps de déplacement/ bouchons (…) pour mon travail
  • mes déplacements professionnels
  • le rangement de mon linge (oui oui c’est un temps captif, je n’aime pas cela, et je n’y apporte aucune plus value personnellement)
  • les éventuels temps d’attentes chez les médecins, ceux qui changent les pneus de ma voiture…

Que faire pendant ces temps captifs?

Si vous me suivez vous avez déjà une liste de ce qui sont vos objectifs de votre année, de votre vie. Sinon direction cet article pour faire le point: https://etincellesdorganisations.com/2017/03/07/se-fixer-de-nouveaux-objectifs/#more-1448

Le secret pour que cette méthode fonctionne, c’est d’avoir anticipés ces temps masqués:

  • un de vos objectifs est de lire plus de livre: vous devez toujours avoir votre livre dans votre sac, votre liseuse, vos applications de lecture sur vos smartphones
  • un de vos objectifs est de vous former en ligne: vous devez toujours avoir votre pc ou votre téléphone avec les adresses des sites enregistrés.
  • un de vos objectifs c’est de vous informer plus : préenregistrez vos postcasts au fur et à mesure ou vos articles préférés, vos vidéos Youtube ou Facebook avant d’être devant un temps masqué.
  • Vous avez majoritairement des contenus sur téléphone? Enregistrez les pour les retrouver rapidement, synchronisez votre téléphone à votre voiture pour pouvoir lancer la vidéo (on ne regarde pas si on conduit, hein?) au moment d’un temps masqué.
  • Vous avez des tâches à faire: envoyer mail à l’animateur de votre mariage, vérifier une information sur internet,… : notez les dans votre ToDo list pour faire ces tâches sans y réfléchir plus que cela, ce sont des tâches automatiques que vous pouvez regrouper ensembles (ex: je fais tous mes mails en même temps).

Ces temps masqués sont de formidables outils de l’effet cumulé: lire 10 pages d’un livre tous les jours c’est lire 15 livres par an, vous imaginez le pouvoir de ces temps masqués?

Et puis parfois, on est fatigué stressé, alors ce temps masqué sert à se reposer 10mn, à se recentrer,… il n’est pas forcément nécessaire de tous les remplir d’objectifs, d’accord?

Je reviens sur mon histoire de ranger le linge, c’est obligatoire mais je n’aime pas cela, donc je le couple avec un opération que j’adore. Exemple, je range mon linge tous les dimanches matins, j’écoute en parallèle un module de ma formation en cours en ligne ou un livre audio qui me passionne. Au bout de quelques mois mon cerveau associe maintenant ce moment peu agréable pour moi avec ce moment de temps pour moi de développement personnel et bien croyez le ou non, mais j’ai plaisir à voir arriver ce moment. Au début c’était une contrainte!

Bon alors on y va, on recense tout ce qui est temps masqué dans la semaine prochaine et on se préenregistre tout ce qu’on aimerait faire, on met ses livres dans son sac de la semaine et on plonge dans l’effet cumulé!

Bon week end et à bientôt!